station de pesage d’allokoi

Nous contacter
26 octobre 2014
Catégorie:
Actualités
Commentaires 0

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a procédé à Allokoi (6 km du corridor de Gesco, ouest d’Abidjan) à l’inauguration de la première station de pesage à basse vitesse du pays. OEuvre du programme économique régional (PER) de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), la station de pesage d’Allokoi est le résultat d’une décision de construction de stations dans le cadre d’un projet pilote sur le réseau communautaire des pays disposants de ports maritimes à trafics élevés dont la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Togo et le Sénégal. Une ambition soulignée par le président de la Commission de l’UEMOA, présent à l’inauguration. Cheick Hadjibou Soumaré a indiqué que les infrastructures de transport sont un secteur clé du développement économique des Etats donc la qualité impacte sur divers secteurs comme ceux de l’Agriculture, de l’Education et de la Santé… « Les infrastructures de transport ont une part prépondérante dans une économie robuste. C’est le socle pour une économie compétitive portée par une croissance inclusive », a appuyé le président de la Commission. Cependant malgré l’importance des infrastructures de transport, leur durabilité est un défi à relever, a-t-il continué. Cheick Hadjibou Soumaré a avancé le chiffre de 6.000 milliards FCFA pour les besoins en infrastructures dans la sous-région. « Des routes dont la durée est prévue pour quinze années connaissent une dégradation au bout de deux à trois ans » a regretté Cheick Hadjibou Soumaré Les règlements communautaires ne sont pas appliqués. Ce qui occasionne près de 80% des poids lourds en surcharge sur les routes de l’Union. Devant la complexité de la lutte contre la surcharge, Cheick Hadjibou Soumaré a accusé la faiblesse du transport par voie ferroviaire que l’Union va s’atteler à palier. Il a relevé qu’avec la mise en oeuvre du pesage routier en Côte d’Ivoire, c’est la voie ouverte à la préservation d’un des projets phares de l’Union, à savoir la construction de l’autoroute Abidjan-Ouagadougou. Le président de la Commission de l’UEMOA a également demandé aux autres Etats de l’Union d’emboiter le pas à la Côte d’Ivoire et participer à la réduction de la surcharge routière. Six nouvelles stations de pesage pour la Côte d’Ivoire Kablan Duncan a rappelé la place des infrastructures de transport dans la vision de Côte d’Ivoire, pays émergent à l’horizon 2020 : « la route précède le développement ». Par l’accessibilité et la facilitation des échanges, la route participe au développement de la Côte d’Ivoire », a appuyé le Premier ministre ivoirien. Pour lui, en plus de la réhabilitation des infrastructures de transport, il faut dorénavant penser à la pérennisation de l’investissement routier. Cela qui passe par la sensibilisation progressive mais aussi par des sanctions. « La Côte d’Ivoire avec les ports d’Abidjan et de San Pedro a un rôle moteur à jouer dans la lutte contre la surcharge », a dit Kablan Duncan. Annonçant le don de l’Union européenne d’un montant de 1,5 millions d’euros soit près de 984 millions FCFA dans le cadre du 10ème FED pour la construction d’autres stations de pesage dans six villes de la Côte d’Ivoire notamment Abengourou, Bouaké, Duékoué, Ferkéssédougou, San Pedro et Soubré. Des contrevenants pourraient être délestés de leurs surcharges au poste de pesage La station de pesage d’Allokoi a été financée par l’UEMOA à hauteur de 1,520 milliards FCFA. Elle a une capacité maximale de 680 véhicules par jour. Le maitre d’ouvrage délégué a été l’Agence de gestion des routes de Côte d’Ivoire (AGEROUTE). Les tarifs au niveau du pesage s’élèvent à 2.000 FCFA pour les frais de pesage. Les amendes sur les routes nationales s’élèvent à 4.000 FCFA la tonne. Les amendes des camions qui sortent de la Côte d’Ivoire s’élèvent à 11.000 la tonne de surcharge. Le poids total autorisé en charge (PTAC) des véhicules et le poids total roulant autorisé (PTRA) sont limités suivant le nombre et la répartition des essieux et sont compris entre 18 et 51 tonnes. Dans le cadre de la réalisation de l’ouvrage, le village d’Allokoi a bénéficié d’un château d’eau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *